performance

Les 3 SEULES choses à faire quand tu fais une erreur

Après avoir fait une erreur, on doute. Mais est-ce que ça aide vraiment ? Et si on prenait une attitude plus utile à la place ?

Quand tu commets une erreur, il n'y a que trois choses à faire :

  1. L'admettre. Si tu cherches à cacher ton erreur ou à rejeter la faute sur quelqu'un d'autre, t'essaies de protéger ton ego. Mais tout ce que tu vas gagner, c'est que les gens vont te détester.
    Il faut de la confiance en soi pour admettre ses erreurs, mais les gens te respectent et t'apprécient beaucoup plus.
  2. Apprendre. Apprendre de ses erreurs, c'est le meilleur moyen de progresser.
  3. Éviter de la reproduire. Si tu tournes dans un cycle sans fin où tu reproduis toujours les mêmes erreurs, il est temps de te poser des questions. Appelle-moi pour une consultation.

(J'ai rien inventé, c'est Paul "Bear" Bryant qui l'a dit.)

Vous remarquerez que parmi ces trois choses, il n'y a ni culpabiliser, ni pleurnicher.

Parce que ça ne sert à rien. Les erreurs, ça fait partie de la vie. Y a qu'une seule catégorie de personnes qui ne fait jamais d'erreurs, qui n'échoue jamais et qui peut échapper aux critiques : les personnes qui ne font jamais rien.


motivation

(Re)programmer son cerveau, c'est possible ?

Le cerveau, quelque-part, c'est une machine biologique. Alors qu'est-ce qui nous empêche de le reprogrammer ?

A la base de ta mémoire, il y a les neurones.

Ce sont eux qui te permettent de te rappeler ce que t'as mangé à midi, que la bataille de Marignan a eu lieu en 1515, que mercurochrome est le pansement des héros, que le mot galichon est la dernière crêpe du saladier qui ressemble à rien, mais aussi comment faire du vélo, conduire ta voiture ou faire tes lacets.

En un mot, ils sont la base biologique de tous tes souvenirs.

Mais ils sont aussi la base de ta personnalité et de tes habitudes, les bonnes comme les mauvaises.

Ton syndrome de l'imposteur, ta phobie, ta dépendance affective, ta tendance à l'autosabotage... Tout ça, à la base, ce sont juste tes milliards de neurones programmés à réagir d'une certaine façon.

Et pour comprendre comment te débarrasser de ce que tu n'aimes pas dans le fonctionnement de ton cerveau et changer tes habitudes, voire même ta personnalité, tu dois comprendre comment marchent tes neurones.

Les neurones n'ont pas de mémoire

On pourrait se dire que le cerveau fonctionne comme un ordinateur, qu'il stocke l'information dans ses composants : les cellules.

Mais non, ce ne sont pas les neurones qui stockent tes souvenirs, mais les connexions entre les neurones.

Plus deux neurones communiquent entre eux, et plus ils auront de facilité à communiquer à nouveau à l'avenir.

Concrètement, ça veut dire par exemple que quand t'apprends à danser la Tektonik pour la première fois, un certain circuit de neurones se met à s'activer.

Et la 2ème fois que tu vas pratiquer cette activité, ce même circuit s'activera à nouveau, de façon plus fluide et plus efficace que la première fois. C'est là que tu vas constater tes progrès.

C’est exactement comme si tu te traçais un chemin dans la jungle.

Welcome to the jungle

Imaginons que t'as une dépendance affective.

Pour t'assurer que ton ou ta pertenaire reste près de toi, jusque-là ton circuit neuronal qui s'active est celui qui fait que tu l'étouffes et qui produit justement ce qui te fait peur : ton ou ta partenaire s'éloigne.

Ton circuit neuronal est tout pourri. Mais voilà, comme le chemin est bien dégagé parce que tu y passes depuis des années, c'est facile de l'emprunter donc tu le prends à chaque fois.

Pour arriver à ta vraie destination, celle que tu veux vraiment atteindre, il va falloir emprunter un autre chemin. Le problème, c'est que ce chemin n'existe pas encore. Si tu veux l'emprunter, tu vas devoir sortir la machette et tailler dans la végétation.

Mais imagine que tu te forces à l'emprunter une fois. La deuxième fois, le chemin sera un peu dégagé et plus facile à emprunter.

Et si tu y passes 5 fois, 10 fois, 100 fois, au bout d'un moment, t'auras un joli chemin, puis une route, puis un autoroute bien large et bien dégagé.

A ce moment-là, le fait d'utiliser la nouvelle route ne te demandera pas plus d'effort cérébral que l'ancienne.

Les poésies de ton enfance sont encore dans ton cerveau

Pour autant, dans la jungle comme dans le cerveau, la mémoire ne s'efface jamais complètement.

Dans la forêt, il faudrait des années pour que la nature reprenne ses droits et que de nouveaux arbres poussent pour t'empêcher d'emprunter l'ancienne route.

Et dans le cerveau, c'est pareil. Même si t'as l'impression d'avoir oublié les poésies que t'as apprises par cœur à l'école, si tu devais les réapprendre aujourd'hui, ça te prendrait légèrement moins de temps que si tu partais de zéro.

Même si tu développes de nouveaux circuits qui te correspondent mieux, les anciens ne s'effacent jamais complètement.

C’est pour ça qu’on dit qu’il n’existe pas d’anciens alcooliques, d’anciens timides, etc. Il n’y a que des alcooliques qui ne boivent plus d’alcool, ou des timides qui n’hésitent plus à s’exprimer.

Mais même si on tient compte de cette limitation, reprogrammer son cerveau, c'est possible. J'irai pas jusqu'à dire que c'est facile, mais c'est plutôt simple : il "suffit" de te forcer pendant quelques temps à utiliser le comportement que tu veux rendre naturel chez toi.

Fake it until you make it! Comme on dit.

Le principe général, c’est que si tu veux devenir plus extravertie, alors agis comme une extravertie. Si tu veux guérir ta dépendance affective, agis comme quelqu’un d’indépendant, etc.

Avec cette méthode, des études de plus en plus nombreuses ont montré qu'il est possible de modifier jusqu’à sa personnalité, alors qu’il y a quelques années on croyait encore que c’était impossible.

Pour en savoir plus sur ces études et connaître tous les détails de cette méthode, j'expliquerai la démarche dans mes deux prochaines newsletters du mercredi. Ca sera comme un tuto, il n’y aura plus qu’à reproduire le même système pour l’appliquer à ta situation.

Donc si tu veux savoir comment modifier un comportement qui ne te convient pas chez toi, ou développer un certain trait de personnalité, inscris-toi.

Si tu rates cette occasion maintenant, sache que j’en ferai probablement une formation ou un atelier en ligne d’ici quelques mois, mais à ce moment-là ce sera un produit payant.


bonheur

Les gens se trompent sur ce point (et ça les rend malheureux)

On fait presque tous la même erreur, mais ça ne la rend pas moins dramatique. Si tu veux une vie heureuse, évite ça :

Les gens se trompent quand ils croient qu'atteindre leurs objectifs de vie les rendra heureux.

Si tu penses qu'une fois que t'auras trouvé l'amour, que tu seras propriétaire d'une belle maison ou que t'auras surmonté les problèmes qui te prennent la tête aujourd'hui, tu pourras enfin souffler et profiter de la vie, t'es à côté de la plaque et tu fonces tout droit vers la crise existentielle.

Évidemment qu'avoir des projets, c'est bien. Je suis même le premier à aider mes clients et patients à les réaliser.

D'ailleurs, les personnes qui ont le sentiment d'avoir un but dans la vie sont plus heureuses.

Seulement, elles ne font pas de l'atteinte de leurs objectifs une condition à leur bonheur. Elles trouvent du sens tout le long du chemin. C'est ça, l'important.

Si tu n'arrives pas à créer les conditions de ton bonheur dès maintenant, t'auras beau enlever toutes les galères de ta vie, tu vas juste te retrouver avec du vide.

Ça a failli être la conclusion la plus déprimante de tous mes articles, mais :

  1. on va voir comment cultiver ce qui a du sens dans mes futures vidéos, articles et newsletter ;
  2. et je vous mets déjà un concentré de ce programme juste ici :

Les ingrédients d'une vie heureuse

Selon la 🌟psychologie positive🌟 (la science qui étudie comment devenir plus heureux), voilà les clés d'une vie heureuse :

👉 Cultiver des relations sociales positives (et s'éloigner des relations toxiques ☣️)

👉 Pratiquer la gratitude au quotidien (je sais, ça sonne creux, mais c'est plus FUN et EFFICACE que ce que vous imaginez, et je vous le prouverai)

👉 Vivre des expériences enrichissantes (J'ai fait une vidéo YouTube il y a très longtemps, là-dessus : "Comment se VACCINER contre la déprime")

👉 Cultiver ses compétences de résilience

👉 Vivre dans l'instant présent avec pleine conscience

👉 Contribuer au bien-être des autres par des actes altruistes

👉 Favoriser l'autonomie et l'estime de soi

👉 Adopter une attitude optimiste et constructive

👉 Vivre une vie en accord avec ses valeurs profondes


motivation

3 raisons qui t'empêchent de réaliser tes bonnes résolutions

Les bonnes résolutions, c'est dépassé. Pourtant, quand on change d'année, on ne peut pas s'empêcher de réfléchir au passage du temps.

Les bonnes résolutions, c'est du 💩.

Mais même si on le sait déjà, on saisit tous le passage à 2024 pour faire un état des lieux de sa vie, et se fixer des objectifs pour l'année prochaine.

Alors pour maximiser tes chances de les atteindre, évite ces 3 erreurs :

1. Laisse tomber les objectifs trop vagues

Mauvais exemple : "cette année, je me remets au sport", ou "je vais manger plus équilibré".

Un bon objectif, c'est un objectif précis.

Bon exemple : "Cette année, je vais gagner le concours de cri de cochon de Kansas City." (Oui, ça existe.)

2. Évite les changements brutaux

Par exemple, passer de zéro à plusieurs heures d'activité physique par semaine. 🙄

Le fonctionnement du corps n'est pas adapté aux changements trop brusques, mais le fonctionnement du cerveau non plus, alors préfère plutôt de petits changements, mais plus souvent.

3. Ne réserve pas tes changements au passage à la nouvelle année.

Attendre le 1er janvier pour faire quelque-chose, c'est comme compter jusqu'à 3 avant de plonger dans l'eau froide.

Ça réussit à certaines personnes, mais la plupart du temps, ça marche beaucoup mieux de rentrer progressivement.

Parce que si t'abandonnes en cours de route, tu vas faire quoi ? Attendre l'année prochaine ? Si tu réfléchis comme ça, t'auras au maximum une cinquantaine de chances et tu risques de gâcher des années.

Le meilleur moment pour agir, c'est quand l'idée "poppe" dans ta tête. Et le 2eme meilleur moment, c'est maintenant, même si tu lis cet article en mars.


motivation

Vous réfléchissez trop ?

Si vous retardez le moment où vous allez vous lancer, voici deux idées qui remettront vos hésitations en perspective.

Que vous souhaitiez écrire un livre, vous lancer à votre compte ou tout plaquer pour devenir sosie d'Elvis, c'est pareil !

Regrets

Arrivés à la fin de leur vie, les vieillards ne regrettent presque jamais les erreurs qu'ils ont commises. Au contraire, ils regrettent les choses qu'ils n'ont pas faites.

Donc si vous voulez des regrets quand vous serez vieille, incontinente et qu'au lieu de vos céréales, vous avalerez un bol de médicaments au petit-déjeuner, alors continuez de reporter vos projets à l'infini.

Embrassez votre médiocrité, ce n'est qu'une étape

Le premier brouillon du livre que vous allez écrire sera nul. Votre première prestation client sera naze. Votre première scène comme sosie d'Elvis sera aussi pourrie que le karma de Vladimir Poutine.

Acceptez-le. C'est une étape nécessaire. Vous n'avez pas besoin d'être bourrée de talent pour commencer, mais vous avez besoin de commencer pour être bourrée de talent.

Je sais que l'échec, ça fait peur. Je sais que le jugement des autres sur vos premiers échecs, ça fait encore plus peur. Vous avez peut-être l'impression que vous ne pourrez jamais égaler les meilleurs. Que c'est trop tard. Que ce n'est pas raisonnable, etc.

Mais ça, et tous les autres obstacles mentaux qui vous empêchent de vous lancer, on va arranger ça. Un petit pas à la fois.

En attendant, le secret pour réussir, c'est de commencer avant d'être prête.

Enfin... Sauf si vous travaillez à la NASA.


Citation du jour

« La vie est un brouillon qu'on ne peut pas remettre au propre. »

Thierry Tabary